ÉCRIRE POUR FAIRE SENS ET CRÉER DU LIEN

Pourquoi je conçois mon métier de rédactrice et d’écrivain public comme celui d’une designeuse

Aujourd’hui, associations, compagnies, entreprises petites ou grandes, personnalités publiques, vous êtes constamment amenées à prendre la parole. Parler de vous, faire parler de vous, dialoguer avec vos salariés, converser avec vos partenaires et vos clients. À l’occasion d’un événement, d’une création, d’un projet, du développement de produits innovants, pour accompagner une nouvelle stratégie, asseoir une réputation et une expertise.    
Avec des mots, des images, du papier, des discours, des sites, des plaquettes, des rapports annuels, des leaflets, des écrans, des fiches techniques, des interviews, des communiqués, des affiches, des films… Cette conversation est foisonnante par nécessité. Pourtant dans cette profusion et dans les méandres de ces supports, de ces enjeux et de ces publics, le propos peut aisément se perdre s’il n’a pas été correctement pensé, designé.
Designer un discours c’est aller fureter dans les recettes de Madame de la Rhétorique qui a eu tout le temps d’acquérir ses lettres de noblesse antique. Choisir avec soin ses arguments pour faire émerger et exprimer sa vision du monde. Structurer le propos, rythmer la phrase, ciseler le mot pour être toujours précis, évident, éloquent. Travailler la fluidité, le ton, la pulsation, le souffle. Mais s’il doit beaucoup à cette aïeule, le design de mots ne se réduit pas à l’art du discours et du beau langage.
Car le design, c’est la recherche d’une forme qui fuit l’ornementation pour épouser au plus près la fonction de l’objet. De même, le design de mots, c’est la recherche d’un langage ergonomique, d’un langage Colonne vertébrale, qui définit et exprime une identité, une singularité et des fondamentaux. Un langage qui donne une existence forte et permet de se faire entendre clairement dans tous les moments de la conversation.